•  

    « Le Corps n’a pas été construit pour tomber malade, mais pour s’auto-guérir en permanence » - Jean Pélissier

     

     

     

    ~~~

     

     

     

    De plus en plus de personnes sont touchées par l’hypertension artérielle, la fréquence augmente avec l’âge. Faut-il considérer que cette maladie est une conséquence liée au vieillissement ? Pas sûr, surtout dans la mesure où des populations de plus en plus jeunes sont touchées.

     

     

     

    QU’EST-CE QUE L’HYPERTENSION ?

     

     

     

    Lorsqu’on est en rendez-vous médical, souvent on nous prend la tension et on nous annonce deux chiffres particuliers. (ex : 12 sur 8).

     

     

     

    Le premier chiffre représente la pression systolique : c’est la pression et la résistance que rencontre notre Coeur quand il fait son travail d’envoi du sang dans les vaisseaux. Le Coeur se contracte et « pousse » le sang. Si les artères et les vaisseaux sont souples et non encombrés, le Coeur fait son travail sans trop d’effort. Cette « tension » de débit du sang contre les parois est nécessaire, car la partie liquide du sang est absorbée progressivement tout au long des capillaires. Si la poussée et le courant ne sont pas assez forts, le débit ne parviendra pas à faire pénétrer la partie qui doit être absorbée par les parois poreuses. (ceux qui souffrent d’hypotension sont très souvent anémiques).

     

     

     

    Ce chiffre tend à monter avec l’âge (les vaisseaux étant souvent moins souples, le Coeur doit « pousser » plus fort) et il varie selon les activités et les moments de la journée. Repos, sommeil, méditation se traduisent par un chiffre systolique moins élevé. Au contraire, tout ce qui active l’adrénaline et met le corps en état d’alerte fait monter la tension.(le rythme cardiaque ayant accéléré)

     

     

     

    Le deuxième chiffre, le chiffre diastolique représente la tension du sang lorsque le Coeur est au repos et se remplit. Une pression diastolique élevée est dangereuse parce qu’elle représente une tension chronique, alors même que le Coeur ne fournit pas l’effort de son « coup d’envoi ».

     

     

     

    La tension cardiaque est très clairement influencée oar l’émotionnel et, en particulier, par toutes les énergies « montantes » ou « contractantes » telles que la colère, l’irritation chronique, la frustration ou la nervosité.

     

     

     

    DEUX FORMES D’HYPERTENSION :

     

     

     

    * Hypertension primaire : liée au mode de vie et au vieillissement des artères (pas forcément lié à l’âge). Obésité, tabagisme, alcool, stress et mauvaise alimentation sont des causes communes. Pauvreté chronique, chômage, violence, chocs émotionnels, guerres et répressions politiques peuvent également y contribuer.

     

     

     

    * Hypertension Secondaire : résulte d’un problème de santé ou de la prise de médicaments comme les anti-inflammatoire qui provoquent une rétention d’eau, les bronchodilatateurs et les décongestionnants nasaux ainsi que les médicaments contenant de l’éphédrine.

     

     

     

    * Dans notre monde moderne au rythme accéléré, le stress devient la norme. Nous sommes sans cesse sur le qui-vive. Lorsque nous ressentons une « tension intérieure », c’est au sens littéral. Quand elle se fait trop forte, on peut parfois entendre les battements de son Coeur ou sentir la pression du sang contre les tempes – ce qui peut se transformer en mal de tête.

     

    La pression artérielle est fortement liée aux émotions, à tout ce qui agite le Coeur et fait « monter le sang à la tête ». Avec une tension faible, au contraire, on se sent brusquement « vidé ».

     

     

     

    SYMPTOME ASSOCIES A L’HYPERTENSION

     

     

     

    * Maux de tête : souvent localisés à la nuque, ils se manifestent la plupart du temps très tôt le matin. Ça peut évoluer en migraines ou en maux de tête aux tempes.

     

    * Vertiges ou bourdonnements d’oreilles

     

    * Palpitations ou tachycardie

     

    * Saignements de nez

     

    * Confusion, fatigue ou somnolence

     

    * Engourdissements ou fourmillements dans les pieds et les mains

     

    * Anxiété et sentiment d’oppression dans la poitrine

     

     

     

    L’hypertension est souvent asymptomatique (elle ne comporte aucun symptôme particulier) Facteur de risque important des maladies cardiaques, on l’appelle souvent le « tueur silencieux ».

     

     

     

    En Médecine Chinoise, l’hypertension correspond à un excès de Feu qui agite le Coeur. Le scénario le plus courant est celui du Bois « qui prend Feu » à cause d’excès dans l’alimentation ou le mode de vie ou encore d’émotions trop fortes. Incontrôlé, ce Feu se transforme en Vent du Foie qui, comme un ouragan, peut avoir des conséquences destructrices : crises cardiaques, paralysie ou mort.

     

     

     

    LE FEU SE TRANSFORME EN VENT : Des périodes de surmenage intense, des émotions fortes peuvent aussi transformer le Feu du Foie en Vent. Ceux dont le terrain est asséché, les personnes âgées dont le Yin est affaibli sont particulièrement fragilisés et sujettes aux « tempêtes de Vent ». Le Vent du Foie se traduit par des transmissions électriques perturbées : tremblements, vertiges, spasmes, instabilité de la marche, convulsions et troubles de la parole.

     

     

     

    ** Tout ce qui épaissit le sang, bloque ou encombre son passage fait monter la pression. L’excès d’humidité inclut les graisses qui bloquent les artères. Les glaires/humidité constituent un terrain dangereux lorsqu’ils s’accompagnent de Vent du Foie, car celui-ci peut les faire monter et obstruer les petits vaisseaux du cerveau ou les artères du Coeur.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ce texte est tiré du livre « Les Trésors de la Médecine Chinoise » de Ke Wen. (le livre est disponible dans la rubrique « Boutique »)

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    La Médecine Chinoise – KE WEN – Eté et Cœur Partie 9 – Energie du Feu et Dimension Spirituelle du Coeur

     

     

     

    KE WEN – Eté et Cœur Partie 9 – Energie du Feu et Dimension Spirituelle du Coeur

     

    « Le Corps n’a pas été construit pour tomber malade, mais pour s’auto-guérir en permanence » - Jean Pélissier

     

     

     

    ~~~

     

     

     

    Le Shen, aspect spirituel du Coeur, est l’expression de sa lumière et se traduit dans nos aptitudes, nos talents, notre passion, notre chemin de la Vie.

     

    Il appartient au Shen de se répandre et de partager sa lumière, quelle que soit la manière dont il est exprimé. Art, chant, danse, musique et poésie sont autant de danses du Feu subtil qui nous anime.

     

     

     

    LA CONCENTRATION :

     

     

     

    * Méditation, prière et recueillement sont basés sur notre capacité de concentration. Lorsque notre esprit est agité, il est impossible de se concentrer.

     

     

     

    * La concentration permet d’entrer totalement dans le moment présent. « Avoir l’esprit ailleurs » : le moment glisse entre les doigts pour ne plus revenir ? Nous avons oublié d’amener le Shen dans le moment présent.

     

     

     

    * C’est aussi la promesse de la longévité et de l’âge spirituel d’un Coeur moins pris dans l’illusion des fausses ambitions, connaissant le goût d’insatisfaction que laissent les excès, les titres et les gloires éphémères.

     

     

     

    * Dans le schéma des cultures orientales, vieillir est un honneur qui conduit à l’âge spirituel du Coeur par excellence, celui où le Shen et sa lumière parviennent à mâturité.

     

     

     

    LA COMPASSION :

     

     

     

    * Un Coeur brisé est aussi un Coeur ouvert. Un chagrin peut nous rendre rigides, méfiants et amers ou nous ouvrir au contraire à la compassion de la souffrance des autres.

     

     

     

    * La seule façon de guérir une blessure du Coeur est de, paradoxalement, l’ouvrir toute grande.

     

     

     

    LE PARTAGE :

     

     

     

    * Le travail personnel que nous faisons sur nous-mêmes, chaque victoire, découverte et intuition participent à la guérison de tous. Nous vivons dans un monde d’interdépendance. Si nous mangeons moins de viande, nos Coeurs se portent mieux. Nous allégeons aussi la souffrance des animaux dans les abattoirs. Nous aidons l’écologie de notre planète, dont l’eau et les forêts sont dévastées par l’élevage intensif. Nous rendons notre atmosphère moins polluée par le méthane et les émissions de gaz carbonique. Notre Coeur et celui de notre planète deviennent moins lourds.

     

     

     

    * Lorsque nous vivons bien le fait de vieillir, c’est ce Coeur purifié et allégé que nous pouvons partager avec les autres.

     

     

     

    * Là réside la promesse du Coeur spirituel, nourri par la vie et enrichi par une longévité qui ne se résume pas au chiffre des années vécues.

     

     

     

     

     

     

     

    Ce texte est tiré du livre « Les Trésors de la Médecine Chinoise » de Ke Wen. (le livre est disponible dans la rubrique « Boutique »)

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    La Médecine Chinoise – KE WEN – Eté et Cœur Partie 8 – Energie du Feu et Equilibe émotionnel du Coeur

     

     

     

    « Le Corps n’a pas été construit pour tomber malade, mais pour s’auto-guérir en permanence » - Jean Pélissier

     

     

     

    ~~~

    Energie du Feu et Equilibe émotionnel du Coeur

     

     

     

    ENERGIE FEU ET EQUILIBRE EMOTIONNEL DU COEUR

     

     

     

    Chaque système organique est relié à tout un éventail d’émotions. L’image du Feu en constitue le centre, et subtilité, légèreté, lumière et chaleur en constituent les caractéristiques essentielles.

     

    Un Feu équilibré réchauffe sans brûler, purifie sans dévaster.

     

    Nos émotions constituent à la fois un élément de diagnostic, de soin et de guérison. L’image du Feu devient un guide intérieur pour gérer la chaleur de notre Coeur et de ses émotions.

     

    En tant que Monarque de la Conscience, le Coeur est affecté par toutes les émotions.

     

     

     

    LA JOIE PROFONDE :

     

     

     

    * La Joie est l’émotion d’un Coeur en bonne santé, celle du plaisir de vivre.

     

     

     

    * Le mot « joie » peut parfois traduire une émotion dite « négative ». Elle s’associe plus précisément au Coeur et se réfère à un état d’excitation qui disperse le Feu. Le choc de bonnes nouvelles inattendues peut conduire à une crise cardiaque, tout comme le choc associé à des mauvaises nouvelles.

     

     

     

    * Ce qui endommage le Coeur, c’est la surexcitation et les émotions incontrôlées d’un Feu qui s’embrase. Mais cela peut être tout autant le froid d’une vie sans passion ou la stagnation d’une routine qui ne se remet plus en question.

     

     

     

    * Par contre, la joie calme et profonde qui vient de l’amour partagé ou de la gratitude nourrit le Coeur. Cultiver la joie de vivre signifie prendre soin de son Coeur.

     

     

     

     

     

    LA CHALEUR DES EMOTIONS :

     

     

     

    * L’Amour est un sentiment que nous associons naturellement au Coeur et à la couleur rouge.

     

     

     

    * Nous parlons d’environnements et de personnes « chaleureuses » de manière positive et de personnalités « froides » de manière négative. La sagesse populaire sait que le Feu vif de la passion se consume très vite et s’éteint rapidement.

     

     

     

    * Le Feu réchauffe ceux qui l’entourent. Il apporte de la lumière et éclaire en larges ondes lumineuses. Il est bon de s’entourer de personnes qui nous procurent ce sentiment de bien-être et de le cultiver pour le transmettre également.

     

    Si les autres ne semblent pas attirés par notre présence, cela peut indiquer un Feu du Coeur insuffisant ou au contraire excessif, qui « saoule » les autres. Il est bon de s’observer sans jugement et d’utiliser ces observations pour redresser l’équilibre.

     

     

     

     

     

    LE BIEN-ETRE :

     

     

     

    * Attention à tous les « petits plaisirs » nocifs et répétés qui sont de bien piètres succédanés d’amour et de joie.

     

     

     

    * Pour faire de vrais changements, mettez l’accent sur ce que vous désirez accomplir pour vous sentir bien. Cela peut commencer par le fait de « se sentir bien » après avoir mangé, d’aller faire une marche plutôt que de sombrer dans un sommeil lourd de digestion difficile, de « se lever tôt et plein d’énergie »…

     

     

     

     

     

    LA CONCENTRATION ET LA MEMOIRE :

     

     

     

    * Le feu danse, le feu s’agite, le feu monte. Les qualités positives du Feu nous donnent un esprit actif, curieux, désireux de répandre sa chaleur.

     

     

     

    * Lorsque le Feu est trop instable, l’esprit l’est aussi. Inattention, crise, émotions comme la colère ou la rage destructrice font leur apparition.

     

     

     

    * Le Coeur joue un rôle essentiel dans la faculté de concentration, indispensable pour faire aboutir un projet et développer ses talents. Des émotions fortes ou des pensées obsessionnelles peuvent aussi détourner notre attention et entraîner incidents ou accidents plus ou moins graves. Cette inattention est associée à une dispersion du Feu du Coeur.

     

     

     

    * Frénésie, vitesse, manque de temps et impatience caractérisent notre monde et notre épuisement cardiaque collectif.

     

     

     

    * Ce manque d’attention chronique, attisé par des stimulants de toutes sortes, est devenu si courant qu’on lui a donné un nom : trouble du déficit de l’attention.

     

     

     

    * Le travail commence toujours par calmer le Coeur : éviter les excès de stimulants sensoriels qui l’endommagent et les remplacer par des vraies nourritures émotionnelles qui procurent joie, enthousiasme et paix.

     

     

     

    * Nos oublis sont, comment l’inattention, souvent liés à une perturbation du Shen. Il n’est pas rare que les facultés de mémoire se détériorent après un accident cardiaque.

     

     

     

    * Prendre soin de son Coeur est la meilleure façon d’entretenir sa mémoire.

     

     

     

     

     

     

     

    L’ENTHOUSIASME :

     

     

     

    * C’est la qualité du Feu. Sans elle, impossible de s’investir à fond dans une activité. « Le Coeur n’y est pas », littéralement. On ne saurait sous-estimer comment les activités répétées dont le Coeur est absent affectent notre santé cardiovasculaire.

     

     

     

    * L’absence d’enthousiasme, les attitudes blasées, l’ennui et le cynisme sont les expressions émotionnelles d’un Coeur bloqué. On trouve souvent, sous-jacentes à ces attitudes, des blessures profondes et mal cicatrisées d’un Coeur brisé.

     

     

     

    LE RIRE :

     

     

     

    * Le rire, le sens de l’humour et l’optimisme intelligent soutiennent le Coeur.

     

     

     

    * L’absence de rire ou l’excès de sérieux indiquent une stagnation du Qi du Coeur.

     

     

     

    * Un rire excessif nerveux dénote néanmoins une agitation excessive du Shen. Les gens peuvent se mettre à rire nerveusement après une mauvaise nouvelle, par exemple.

     

     

     

    LE DISCERNEMENT :

     

     

     

    * La faculté de « discernement » entre le pur et l’impur constitue un pilier de la pensée chinoise et taoïste. Toutes nos décisions et leurs conséquences sont basés sur ce discernement. Cela inclut nos choix quotidiens et leurs répercussions sur notre santé, comme ceux de nos amitiés, de nos lectures, de notre mode de vie et des pensées que nous cultivons.

     

     

     

    * Là où l’Occident sépare souvent les décisions entre celles « du Coeur » et « de la raison », la pensée taoïste assigne pleinement la tâche du discernement au Coeur et au Shen. Il ne s’agit pas d’un Coeur sentimental mais d’un Coeur qui agit en pleine conscience.

     

     

     

     

     

    Ce texte est tiré du livre « Les Trésors de la Médecine Chinoise » de Ke Wen. (le livre est disponible dans la rubrique « Boutique »)

     


    votre commentaire
  •  

    « Le Corps n’a pas été construit pour tomber malade, mais pour s’auto-guérir en permanence » - Jean Pélissier

     

     

     

    ~~~

     

     

     

    Réchauffer sans brûler :

     

     

     

     

     

    _ La clé d’une bonne chaleur : une bonne circulation.

     

     

     

    _ Faire circuler le sang par l’exercice, une alimentation saine et un travail émotionnel internet assurent la base de notre santé cardiaque. (ex d’exercices : Qi Gong, marche, danse, saut sur trampoline….) Le mieux : des exercices qui réchauffent sans épuiser.

     

     

     

    Bien hydrater :

     

     

     

    _ La déshydratation fatigue le Coeur et le fait s’emballer. Boire de l’eau n’est pas une solution suffisante, il faut également éviter tout ce qui déshydrate (stimulants, alcool et sucre)

     

    _ Lorsqu’on sue beaucoup (pour diverses raisons), il est important de boire et de renouveler les liquides de son corps pour protéger le Coeur et les Reins.

     

     

     

    Opter pour la légèreté :

     

     

     

    _ Éliminer les aliments et les repas lourds, les graisses animales, la charcuterie et les œufs.

     

     

     

    _ Choisir des huiles végétales première pression à froid.

     

     

     

    Entretenir une douce chaleur :

     

     

     

    - Eviter les aliments froids et les boissons glacées. Laissez les aliments qui sortent du frigo revenir à la température ambiante.

     

     

     

    - En Chine, quand il fait très chaud, on boit des boissons tièdes qui font suer légèrement. On utilise les épices pour les mêmes raisons. Manger légèrement épicé en été est une excellente aide à la circulation.

     

     

     

    - Les herbes aromatiques (menthe, basilic, fenouil, romarin, laurier, thym, piment (avec modération), curcuma…) donnent un gentil coup de fouet à notre circulation sanguine.

     

     

     

     

     

    * L’heure du Coeur se situe entre 11h et 13h (attention au décalage horaire) : c’est l’heure où le Feu est optimal pour la digestion et l’heure Universelle du déjeuner.

     

     

     

    * Substituer au café un thé vert léger pour aider à la digestion et dissoudre les graisses.

     

     

     

    * Pour vous rafraichir en été, choisissez un thé à la menthe (sans sucre ou avec quelques gouttes de stevia), un morceau de pastèque (ou du melon), de l’eau (dans laquelle on peut mettre préalablement quelques feuilles de menthe et quelques gouttes de citron)

     

     

     

    Procurer du fer à nos globules rouges :

     

     

     

    - Le thym est riche en fer. (idée : faire des décoction et des infusions)

     

     

     

    - Epices intéressantes : curcuma, romarin, paprika et cannelle.

     

     

     

    - Les Légumes de mer sont tous riches en fer.

     

     

     

    - Avoine, le son de blé, germe de blé, quinoa, épinards, graines de citrouilles, lentilles.

     

     

     

    - L’absorption du fer ne se limite pas à sa présence ou non dans certains aliments, mais aussi à un équilibre général. Le fer est mal absorbé si l’alimentation est dépourvue de vitamine C, ce que peut produire un excès de cuisson. Les fruits et légumes frais sont donc un aspect important de l’absorption du fer, de la santé de nos globules et de notre santé cardiaque. Les maladies intestinales chroniques, l’excès de stimulants sont autant d’éléments qui l’entravent.

     

     

     

    - Il faut voir l’alimentation dans un ensemble plutôt que dans une approche de calcul calorique ou minéral.

     

     

     

    Choisir le goût amer :

     

     

     

    - la chaleur de l’été fait transpirer et fatigue aisément le Coeur. Un Coeur affaibli souffrira davantage des excès de chaleur.

     

     

     

    - l’amertume est le goût des aliments grillés et torréfiées, alliés à la saison Feu d’été.

     

     

     

    - notre monde moderne offre relativement peu d’aliments amers, ce qui peut expliquer l’addiction au café et au chocolat, qui, en excès, attisent le Feu, épuisent les Reins et nos précieux fluides. Autrefois, nous utilisions davantage de légumes sauvages naturellement amers comme les pissenlits.

     

     

     

    - les plantes amères sont aussi celles utilisées traditionnellement pour chasser l’excès de Feu, calmer la fièvre et les infections.

     

     

     

    - Camomille, lavande et valériane calment le Feu du Shen.

     

     

     

    - Quelques aliments et plantes, en vrac pour l’été : Chrysanthèmes, fleurs de chèvrefeuilles, aubépine, angélique chinoise, sauge rouge, racines de pissenlits… concombre, aliments légers, légumes verts, chou vert, endive, artichaut, cresson, pissenlit… céleri. Haricot mungo.

     

     

     

    Ce texte est tiré du livre « Les Trésors de la Médecine Chinoise » de Ke Wen. (le livre est disponible dans la rubrique « Boutique »)

     


    votre commentaire
  •  

    « Le Corps n’a pas été construit pour tomber malade, mais pour s’auto-guérir en permanence » - Jean Pélissier

     

     

     

    ~~~

     

     

     

    * Savoir lire les nuances de rouge

     

     

     

    Pour les lèvres :

     

     

     

    - pâles : anémie et déficience de sang.

     

    - Bleutées ou bleues : stagnation, mauvaise circulation, froid et problèmes cardiovasculaires déjà avancés.

     

    - Rouge écarlate : déficience de Yin et de Feu du Cœur.

     

     

     

    Pour la langue : une langue reflétant une bonne santé cardiovasculaire est rose, ni pâle ni excessivement rouge. Son diagnostic est tout un art. Davantage de précisions ci-dessous :

     

     

     

     

     

    LANGUE ET LA SANTE DU CŒUR :

     

     

     

    - Forme et couleur de la langue reflètent la santé du Cœur et du Sang, tandis que des zones spécifiques de la langue forment une carte où s’inscrit la lecture des organes.

     

     

     

    - La forme même de la langue peut révéler ce qui est « dans le sang » et relève du niveau karmique familial physique et émotionnel.

     

     

     

    - Par exemple, une langue fine et petite peut montrer une déficience en « sang du Cœur » qui peut provenir de traumas générationnels (alcoolisme, manque de nutrition ou traumatisme de guerre…) Cette forme révèle des natures fragiles douées d’une grande sensibilité, dont les qualités se transforment aisément en hypersensitivité et crises émotionnelles.

     

     

     

    Quelques indications d’observation :

     

     

     

    - une crevasse verticale sépare la langue en deux : faiblesses cardiaques congénitales, antécédents familiaux et problèmes cardiovasculaire. Si la crevasse est là dès la naissance, c’est moins inquiétant que si elle apparait à un moment précis de la vie. Elle indique néanmoins l’émotivité et une tendance aux problèmes cardiaques, qui se manifesteront ou non suivant le mode de vie ou les circonstances environnantes.

     

     

     

    - Toute la langue est rouge : excès de Feu du Coeur et du Sang. (symptômes possibles : insomnie, sommeil perturbé, palpitation, anxiété, chaos émotionnel ou problèmes nerveux)

     

     

     

    - Langue pâle : déficience au niveau de l’apport sanguin. (Symptômes possibles : manque de résistance physique et émotionnelle, hypersensibilité, crises de pleurs,insomnie, fatigue, manque d’enthousiasme et dépression)

     

     

     

    - Le bout de la langue est rouge : correspond au coeur (organe) : révèle un Feu plus ponctuel, causé par le manque de sommeil ou des situations de stress. Bien rares sont ceux qui n’en sont pas affectés. Si la situation est moins sérieuse que lorsque toute la langue est affectée, les situations de stress, répétées ou à long terme, finissent par fatiguer le Coeur.

     

     

     

    - Des crevasses horizontales sur la surface de la langue : terrain trop sec ! Le Yin est déficient, le corps déshydraté, le Coeur littéralement asséché. (provenances externes : Chaleur, manque d’eau/de liquides. Provenance internes : stress, chocs, émotions intenses, rythme frénétique, excès d’alcool ou de « Feu » alimentaire) Symptômes possibles : Shen instable, anxiété et inquiétudes chroniques, manque de résistance au stress, toujours « débordés », impatience et agitation. Mal de dos, insomnie ou toux sèche peuvent accompagner la déficience de Yin.

     

     

     

    LE TEINT :

     

     

     

    Le teint est normalement d’un joli rouge rosé.

     

     

     

    * Teint pâle : anémie, coup de fatigue, choc émotionnel, manque de sommeil peuvent tous causer un teint pâle temporaire, indiquant un stress passager. De manière chronique, il signale une fatigue cardiaque pouvant provenir d’une mauvaise alimentation, de manque d’air frais ou d’absence de mouvement.

     

     

     

    * Teint rouge : Feu du Coeur. De manière ponctuelle, après un gros effort, lors d’une maladie, il indique une chaleur interne passagère. Chronique, il est annonciateur de problèmes cardiovasculaires à plus ou moins longue échéances et non pas, comme on le croit trop souvent, signe de bonne santé chez les « bons vivants ».

     

     

     

    * Les pommettes rouges : normales sous le coup d’une émotion forte, après une session vigoureuse d’exercice ou l’exposition à l’air pur par exemple. Chroniques, elles indiquent un excès de Feu associé à une déficience de Yin, c’est à dire un terrain desséché. (Les pommettes rouges étaient bien connues des cas de tuberculoses du siècle précédent, révélant une déficience du Yin des Poumons et du Coeur.)

     

     

     

    Teint et pommettes rouges indiquent qu’il est temps de prendre soin de son Coeur.

     

     

     

    La Langue nous parle de notre Coeur :

     

     

     

    On dit qu’un bon docteur en médecine chinoise peut diagnostiquer un patient au seul son de sa voix et de sa parole. Ce qu’il écoute :

     

     

     

    _ Le rythme : saccadé, rapide ou lent, balbutiements, bégaiement. Une parole rapide ou chaotique reflète un excès de Feu. Une parole trop lente reflète une déficience de sang, un blocage ou une stagnation.

     

     

     

    _ La cohérence : alcool, drogues ou médicaments l’altèrent. Phrases interrompues, absence de logique, soliloque et répétitions reflètent un désordre du Shen.

     

     

     

    _ L’harmonie : l’excitation, la véhémence, la brutalité du discours et l’agressivité verbale, une voix discordante, trop forte ou trop aiguë signalent un Feu du Coeur.

     

     

     

    _ Le Débit : flot de paroles ininterrompu ou incapacité à s’exprimer. Les deux peuvent se juxtaposer suivant que la dépression ou l’agitation prennent le dessus. A l’extrême, nous sommes en présence de trouble bipolaire.

     

     

     

    Eté et Cœur Partie 6 – Langue et Teint

     

     

     

     

     

     

    Ce texte est tiré du livre « Les Trésors de la Médecine Chinoise » de Ke Wen. (le livre est disponible dans la rubrique « Boutique »)

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique