• Vrai Voyant, Mauvais Conseils. – Partie 11 – Extraits audio et départ en fanfare.

     

    Arrive alors le moment où tout a basculé. Je l’ai rapidement mentionné précédemment, mais Irma m’avait donc parlé de quelques extraits audio qu’elle souhaitait que j’écoute et que je recopie à l’écrit. Ces extraits seraient ensuite intégré dans son livre.

     

    Un soir, je reçois dans ma boite mail l’un de ces fameux extraits. Comme Irma m’avait présenté le truc, je pensais que ça durerait cinq minutes grand maximum (le principe d’un extrait), mais j’ignorais le contenu, je supposais que c’était en rapport avec le contenu de son livre. (par respect pour son travail, je ne dévoilerai pas ce dont parle son ouvrage).

     

    SURPRISE !

     

    Là, il s’agissait en fait d’une conversation entre Irma et une 2ème personne. En clair, j’ai eu l’impression que la personne en question était venue voir Irma pour une « séance de coaching » et que la conversation a été enregistrée. (ce n’est qu’une hypothèse de ma part, mais de ce que j’ai entendu, ça ressemblait pas mal à ce qu’il se passait durant mes séances avec Irma)

     

    Séance de développement personnel/spirituel ou pas, est-ce :

     

     

     

    1) la personne sait qu’elle a été enregistrée ? (perso, si moi j’ai été enregistrée, j’suis pas au courant...)

     

    2) Est-elle d’accord pour qu’une autre personne qu’elle ne connaît même pas écoute cette conversation ?

     

    3) Est-elle d’accord pour que le dialogue figure dans un livre destiné à un marché public… ?

     

     

     

    Ah et petit détail… L’Extrait dure pas moins de trente minutes !!

     

    A quel moment, je suis censée trouver le temps de travailler dessus ? Je vous signale que retranscrire 30mn à l’écrit, ça prend BEAUCOUP PLUS de temps que 30 minutes… Faut-il que je mette ma vie en pause pour m’occuper de ce dont Irma veut que je m’occupe ? Nous ne sommes plus dans le cadre de la correction, là, et je fais tout ça bénévolement.

     

    J’hésite cependant en me demandant si je laisse réellement tout tomber. C’est peut-être impoli ? Que dois-je faire ?!

     

    Je prends cinq minutes pour moi, j’essaye de faire le vide dans mon esprit pour y voir plus clair.

     

    Et j’entends comme une voix qui me dit :

     

    « Fuis. Vite. Loin. Ne te retourne pas. »

     

    Hm. Je doute. Peut-être que j’imagine ça. Alors je regarde ma collection de cartes oracles et je prends le deck de l’Archange Mickaël, toujours utile quand j’ai besoin de conseils. Je tire trois cartes qui me donnent le même message :

     

    - Couper court à une relation malsaine

     

    - fuir une personne toxique.

     

    Ouah ! J’ai un petit rire nerveux car c’est bien la première fois que j’ai la même information sur plusieurs cartes différentes, mais au moins on ne peut pas faire plus clair !

     

    Il est tard, je pars me coucher en songeant que la nuit porte conseils. Oui, je vais tout arrêter, reste à savoir comment faire.

     

    Cette même nuit, je fais un rêve où je m’en vais après avoir dit au revoir à Irma. Le rêve me montre aussi que dire « adieu » en face d’Irma est compliqué car elle fait tout pour me retenir et m’empêcher de partir. Mais le message du rêve reste très clair : je dois m’enfuir.

     

    Puisqu’il paraît que je fais des rêves prémonitoires et que celui-ci a l’air réel, je pourrais le prendre comme un avertissement, non ? En tout cas, que je crois ou non à ce rêve « prémonitoire », vu qu’ Irma, elle, analyse tout au premier degré, ben je vais faire pareil, tiens.

     

     

     

    Lorsque je me réveille vers 7h du matin, les choses sont assez précises dans ma tête. Entre la voix qui m’a dit de fuir, les cartes et le rêve, le message est on ne peut plus clair, non ? Puisqu’Irma dit que je peux entendre les Anges, autant lui montrer que là, je suis bien appliquée. Ah oui, et elle qui voulait que j’apprenne à dire « non » et à refuser les situations qui me déplaisent… c’est le moment de me secouer et d’exécuter ce merveilleux conseil donné lors de notre toute première séance.

     

    Il est également clair et net, à mes yeux, que si je lui téléphone ou lui parle via Skype, je risque de me faire piéger. Je ne suis pas douée pour me défendre à l’oral et je pressentais qu’avec ou sans excuses, Irma n’allait pas facilement me laisser partir, qu’elle allait me dire que je devais finir les 10 séances (nous venions d’en faire 6), que je ne pouvais pas me détourner de son livre, le tout certainement saupoudrer par une couche de « C’est le Malin qui est derrière tout ça ».

     

    C’est peut-être lâche de ma part, mais je n’ai pas le courage de perdre du temps à lui parler en face, et j’ai peur qu’avec des mots bien choisis, elle arrive à me convaincre de ne pas partir.

     

    Ma certitude est que je dois me protéger d’elle et non du Malin qui, lui, n’en a certainement rien à foutre de tout ça… Que je parte, c’est négatif pour Irma mais certainement pas pour moi !

     

     

     

    Du coup, en ce beau matin de février, j’allume mon ordinateur en me disant que je vais lui envoyer un mail.

     

    En ouvrant ma messagerie : STUPEUR !

     

    14 Mails d’Irma m’attendent. 14 !

     

    En comptant celui de la veille au soir, ça fait 15 ! TOUS contiennent le même genre d’extraits audio que le premier.

     

    Je reste clouée sur ma chaise, bouche bée, devant cette invasion. 15 extraits de conversation et vu le poids des pièces-jointes, ça dure plus que 5mn à chaque fois.

     

    Suis-je devenue un robot discipliné à ses yeux ?

     

    Déjà qu’elle m’imposait de travailler sur son livre tels jours, sur les miens tels autres jours, quand ai-je le temps de me taper 15 extraits à mettre à l’écrit ? Surtout quand on se rappelle qu’elle veut qu’en plus on se dépêche de terminer nos livres.

     

    Face à ces mails, j’ai envie de fuir sans même prendre le temps de lui envoyer un mot. En tout cas, si j’avais encore un doute, on vient de m’enfoncer le clou en mode : « déguerpiiiiiiiiiiiiiis ! »

     

    Détail amusant : les mails ont été envoyés au moment où je faisais mon rêve…

     

    J’envoie donc un mail à Irma en lui annonçant que j’arrête tout. Que je ne serai pas sur Skype le lendemain pour son ilvre, ni le mercredi suivant pour ma séance. J’ajoute que je ne pense pas être la personne avec qui elle doit travailler et que mon fameux rêve m’a montré qu’elle travaillait avec une autre autre personne, un mec, mais je n’ai pas plus de précision.

     

    J’envoie le mail.

     

    Et je la bloque partout : sur Skype, sur la boite mail, sur le téléphone…

     

    Réaction un peu extrême ?

     

    Comme je l’ai dit précédemment, je savais que si elle trouvait le moyen de me contacter, elle risquait de réussir à trouver un moyen de me garder malgré tout. Je ne voulais pas avoir la faiblesse de céder, je voulais couper court directement et une bonne fois pour toute.

     

    Et puis, j’avais quand même la sensation que c’était le message qu’on m’envoyait au sujet d’Irma : fuir. Couper une relation malsaine. Lorsque tu fuis, tu fais en sorte de ne pas te retourner et de ne surtout pas revenir en arrière.

     

     

     

    La fin de cette aventure arrivera dans le prochain article:)

     


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :